Idéal Business

Comment développer une entreprise ?

 

Généralement, lorsque cette question est évoquée, de nombreuses idées fusent, comme la fabrication de nouveau produits, un investissement plus important dans la recherche&développement, la diminution des coûts ou des prix, la création de nouvelle chaîne marketing, l’agrandissement de la part de marché, la fusion ou même la mondialisation. Cependant, aucune de ces propositions ne répond clairement à la question : pourquoi une entreprise voudrait évoluer ? De nombreux entrepreneurs recherchent l’évolution en se focalisant sur l’intérieur de l’entreprise, ce qui les mènent souvent vers une lutte pour une expansion de part de marché. D’autres entrepreneurs quant à eux ne mettent pas l’accent sur la part de marché, au lieu de cela, ils cherchent à déplacer leur marché, permettant à l’entreprise de récolter toute la croissance du nouveau territoire. Les principes directeurs de la stratégie de croissance seraient les suivant : voir l’entreprise de l’extérieur, l’élargissement de l’étang de pêche en transcendant les barrières du marché. En globalité, cela signifie également l’arrivée d’alliance stratégique dans les entreprises.

 

L’ancien président de Acer Incoporer, Mr Zhenrong Shi, maintenant à la retraite, a mis en avant une théorie, celle de la « courbe du sourire ». Selon lui, dans le processus de production, le bénéfice le plus faible vient de la production elle-même, tandis que le plus fort viendrait très probablement des deux extrémités de la courbe représentés par la recherche et la commercialisation. Une entreprise devrait se concentrer sur les points sur lesquels elle est le plus à l’aise pour créer un profit plus important. Il anime sa théorie par une comparaison, en effet, il compare la gestion d’entreprise à "prendre un ascenseur", abaisser le coût de production signifierait descendre sans pouvoir aller en-deçà du sous-sol, alors que se concentrer sur la recherche et la commercialisation permettrait de monter vers des possibilités infinies.

 

Défis pour les entreprise futures

La marée de la mondialisation, la numérisation et la liberté des flux de capitaux ont conduit des entreprises dans un âge incertain où les chances et les risques sont redéfinis et la politique de gestion plus compliquée. Les entrepreneurs ont deux façons de faire face à cette situation. La première est de devenir un « novateur », c’est-à-dire prendre des initiatives, innover les produits et services, établir les nouvelles règles du jeu. La deuxième est de devenir un adaptateur donc suivre les règles mises en place. Selon une étude réalisée par McKinsey (institut de conseil aux entreprises ), de 1995-2015, 86% des gagnants seraient des « novateurs ».

 

Décodage de la haute croissance de l’activité

William Safire, vainqueur du Pulitzer (prix américain journalisme), a une fois indiqué dans sa rubrique « On Everyday Bravery » extraite du New York Times, que nous devrions retourner aux obligations quotidiennes et les faire bien. en effet, nous avons tous besoin de revenir aux fondamentaux quotidiens.

 

Un nouveau rêve devient réalité

Une fois la page 2004 tournée, une nouvelle ère de la concurrence s’est officiellement installée. Nous sommes dans au sein d’un marché mondial où tout le monde cherche désormais à survivre, voici quelques points sur lesquels nous devrions être focalisés : 

 

Faites la paix avec les changements.

Outre la fabrication, l’amélioration du service marketing, la recherche, le développement et le management, il faut de plus rapidement se lier à la société internationale. 

La maîtrise des cinq points suivants ferait de vous un dieu de la fortune :


(1) la recherche

(2) le marketing

(3) un réseau de ventes plus vaste

(4) une meilleure gestion

(5) internationaliser sa marque

 

 Ming Wei applique la stratégie « Keeping, Breaking et Distancing ». Keeping signifie garder les secteurs où nous sommes performants en tachant de le les rendre meilleurs professionnellements. Avec Breaking, il s’agit de casser les barrières de l’écologie de l’entreprise en s’alliant avec des entreprises de même domaine, nous permettant de prendre de la distance sur nos concurrents. En 2005, nous avons crée l’alliance stratégique Max Group pour étendre ce sur quoi nous travaillons en atteignant toutes les parties du monde par notre esprit de « coopétition ». Archimède a dit : « donner moi un point d’appui et je soulèverai le monde ». Notre alliance constitue ce point d’appui, nous sommes prêt à faire face à l’avenir, êtes-vous prêt ?